Hors région | Initiation au croquet  

Voitures de collection

En cet après-midi ensoleillé de juillet, il y avait là, dans la cour du chateau d'Hardelot sur la commune de Condette, Centre Culturel de l'Entente Cordiale franco-britannique, quelques vieilles carrosseries :







Oh, "excuse me !", je parlais des vieilles voitures exposées ce jour :

(Cliquez sur les petites photos pour les agrandir)




Peugeot 203 ...




SM, DS ...




Renault frégate, Simca, Austin mini, 2 CV ...




Triumph,Jaguar, Scimitar ...




Jeep ...




17 Heures : "Tea Time", l'heure du thé !
On sert gracieusement le thé aux visiteurs, avec petits biscuits et fruits,
et on fait la queue ...
A vrai dire, bien agréable habitude du dimanche après-midi !







La visite se poursuit ...




Daimler ...




Delage ...






Certains ont même eu le privilège de faire un petit tour ...




Renault "boulangère" ...




autre Delage ...




Et ma préférée, la De Dion- Bouton !




De Dion-Bouton est un constructeur automobile et ferroviaire français de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.
La société fut fondée par le comte (puis marquis) nantais Albert de Dion, Georges Bouton et Armand Trépardoux, à Puteaux. Elle débuta par la fabrication d'automobiles à vapeur en 1882, dans une entreprise qui s'implanta rapidement à Puteaux, au quai national, renommé plus récemment, quai De Dion-Bouton.
Georges Bouton meurt en 1938, Albert de Dion en 1946.
Les premiers véhicules de l'entreprise furent un tricycle à vapeur, puis, en 1894, un tracteur routier à vapeur, à quatre roues. Attelé à une calèche, il remporta la course Paris-Rouen le 22 juillet 1894.
Tout en poursuivant la construction de chaudières légères, l'entreprise s'intéressa aux moteurs à essence, avec, en 1895, la mise au point d'un tricycle à essence, et, en 1899, d'une voiturette à essence.
Ces véhicules avaient une suspension semi-indépendante, innovante, à tube De Dion, dont le modèle fut repris par d'autres fabricants. La société a produit également une automobile à moteur à essence, de petite cylindrée, en 1895, la petite voiture.
La société comença bientôt à produire des moteurs et à en fournir à d'autres constructeurs d'automobiles, comme Latif, Peugeot ou Renault. Les moteurs de Dion furent utilisés par plus de cent-cinquante autres sociétés.
En 1900, De Dion-Bouton était le plus grand fabricant d'automobiles du monde. La société produisit quatre-cents voitures et trois mille deux-cents moteurs cette année-là. La société fut la première à fabriquer, en série, un moteur V8, en 1910. Ces chiffres de production seront dépassés par ceux de Panhard & Levassor avant la Première Guerre mondiale, puis par d'autres fabricants comme Peugeot ou Renault, et surtout par Citroën, avec sa production "en série".
Comme Michelin, De Dion-Bouton publiait des cartes routières, activité qu'elle débuta en 1900 et qu'elle cèdera à l'imprimeur Vermot, en 1908.
A cette époque, l'entreprise fabriquait des tricycles à moteur, et fournissait des moteurs à de nombreux fabricants de motos.
Durement touchée par les conséquences de la crise de 1929, la société ne saura pas renouveler sa gamme de voitures, et devra abandonner la production de voitures de tourisme en 1933. Elle poursuivra cepandant celle d'autobus et de balayeuses-arroseuses jusqu'en 1953, et de bicyclettes pendant encore une dizaine d'années, avant d'être rachetée par une petite entreprise berrichonne.

Le modèle présenté date de 1910 et appartient au patrimoine du Conseil Général du Pas de Calais.




Cliquez ici pour laisser un commentaire




=> RETOUR




Téléchargement de fichiers