Entrevue avec l'eau, conférence-débat | Conférence de Pascal Raux sur l'Art préhistorique  

Eric, Katia et Kaylee

Cliquez sur les petites photos pour les agrandir




C’était en hiver, il jouait de la musique sur une place de Parme en Italie.
Il remarqua la jeune fille parmi les spectateurs, le visage sévère, puis elle disparut …
… pour revenir avec un chocolat chaud !

C’est le début d’une histoire d’amour qui va les emmener à travers l’Europe …
Ils se sont arrêtés pour quelques jours dans le canton de Domme, et nous les avons rencontrés.




Elle, c’est Katia, elle est italienne, elle a 33 ans et elle était soudeuse.
L’amoureuse des chevaux, c’est elle.

En photo, avec la jument Kaylee.




Lui, c’est Eric, il est allemand, il a 41 ans
et il est musicien nomade.
L'écologique au départ, c’est lui.


Ils devaient partir à pied avec 2 chevaux, une jument et un hongre, mais le hongre s’est révélé trop peureux pour sillonner les routes. Ils sont donc partis en marchant à côté de la jument, âgée de 8 ans, qui tire les 2 charrettes attachées l’une derrière l’autre, sans oublier les 2 chats qui font partie de la famille.




Après s’être préparés pendant 6 mois, ils sont partis voila plus d’un an, de Coblence en Allemagne, en suivant la rivière Moselle jusqu’ à Metz en France. Mais si la Moselle en Allemagne est très jolie et très tranquille, côté français il y avait trop de trafic. Ils ont donc rejoint les collines, ont marché jusqu’à Troyes et Montargis, puis ont pris le canal d’Orléans. Ils ont suivi la Loire, traversé Orléans et Tours avec le cheval (« c’est un peu fou, mais elle est vraiment très bonne avec le trafic » nous dit Katia). Puis ils ont continué jusqu’à Nantes, suivi le canal de Nantes à Brest, sont arrivés en Bretagne, sont allés jusqu’à Roscoff, puis ont fait demi-tour vers Nantes. Ils voulaient suivre la côte atlantique, mais cela s’est avéré difficile avec le cheval. La voie verte ne suit pas vraiment la mer, elle se situe toujours dans la forêt et il était difficile de trouver de l’herbe pour le cheval et, nous ajoute Katia, « c’est moins joli ». Après une semaine sur la côte, ils ont donc repris les chemins de campagne : Passage par la Vendée, la Charente, la Dordogne, le Lot, puis autour de Toulouse. Ils suivent ensuite le canal du midi (« très joli mais moins joli que celui de Nantes à Brest ») jusqu’à Carcassonne, traversent les Corbières, les Pyrénées et arrivent en Catalogne en Espagne. Le chemin inverse les ramène à nouveau en Dordogne aujourd’hui.




Dans la journée, Eric joue dans les villages, d’un instrument peu commun : le Tympanon.







Pendant ce temps, Katia reste au campement, s’occupe de la jument, fait des aquarelles, des illustrations pour un livre pour enfants, et de la broderie. Les chats en profitent pour chasser, ce matin Muffin a ramené un petit lapin !







Le circuit se fait surtout en fonction des dénivellations de terrain. Ils choisissent plutôt des routes assez plates pour le cheval, parcourent en moyenne 15 kms par jour en hiver, 25 à 30 kms par jour en été, et trouvent au hasard sur la route un endroit pour rester.

Ils s’arrêtent une nuit par ci, une nuit par là, sur un petit endroit d’herbe pour la jument, qu’ils parquent dans un petit enclos. Quelques heures de route le matin, une pause le midi, 2 à 3 heures de marche l’après-midi (« Kaylee est très communicative et très explicite pour le moment de la pause » nous dit Katia). L’été, l’herbe suffit au bonheur du cheval, l’hiver ils ajoutent un peu d’avoine, du pain, des carottes. Kaylee n’est pas ferrée, Katia lui râpe les pieds une fois par mois, et elle dispose de sabots en plastique pour marcher sur la route.




Un peu usées les chaussures après 4000 kms,
mais résistantes !…







L’accueil est dans la plupart des cas sympathique et hospitalier du fait de la présence du cheval. Mais il n’est pas toujours possible pour eux d’accepter un hébergement car 5 à 10 kms représentent à pied un trop grand détour.

Leur hébergement, c’est leur tipi, robuste et bien confortable même dans le froid, grâce au feu et aux sacs de couchage très chauds, qu’ils ont d’ailleurs essayés un hiver en Allemagne avant leur départ !

Le plus difficile pour héberger le cheval fut dans les Corbières où il n’y avait pas d’herbe : «  des vignobles, des vignobles, que des vignobles », mais ce fut le seul endroit un peu plus difficile.




Pour leur nourriture, Katia et Eric font quelques courses au supermarché bien sûr, mais utilisent aussi les plantes, les champignons et autres dons de la nature. Dans le champ où l’on se trouve aujourd’hui, on aperçoit des orties, des chénopodes à profusion, et à proximité un gros tilleul chargé de fleurs. Ce soir, il y aura peut-être une tisane avant d’aller se coucher…

La cuisine se fait sur un petit réchaud à bois, dans un récipient pliant. Tout est calculé pour ne pas tenir trop de place dans les bagages, déjà bien encombrants !




Des panneaux solaires leur permettent d’être indépendants en énergie et leur fournissent l’alimentation pour leur lumière, leur petit ordinateur (avec une clé 3G pour internet), leur téléphone portable, et l’enclos de Kaylee. Parfois, en présence d’autres chevaux à proximité, surtout si elle est en chaleurs, il est nécessaire de l’attacher. Elle ne s’est sauvée qu’une fois, mais elle a fait marcher ses maîtres pendant 7 kms ! Et elle n’a eu peur qu’une fois, d’un arroseur agricole qui s’est mis en marche, mais elle a bien fait peur à ses maîtres !




Aujourd’hui, après un peu plus de 4000 kms de route, ils ne savent pas encore quand et où ils s’arrêteront. « La vie est trop belle pour décider de s’arrêter maintenant » nous dit Katia, dont le français s’améliore de mois en mois. Pensant partir un an au départ, les voila en route maintenant pour 3 ans, peut-être plus ? La Catalogne est pour le moment leur région préférée, peut-être s’y arrêteront-ils un jour.

En attendant, si vous croisez leur chemin, faites leur un petit bonjour de notre part.
Offrez leur un petit coin d’herbe pour Kaylee pour la nuit et laissez-vous bercer par la musique envoûtante d’Eric ...







Leurs mails :

flusslauf@web.de pour Eric, qui parle français (et allemand)

meetingivory@yahoo.co.uk pour Katia, si vous parlez anglais (ou italien).

L’album photos de Katia :

www.flickr.com/photos/mihara-kokonoe-tama/







21.11.2010 - Philippe Alvarez
ils sont passés par chez nous ils ont juste fait le plein d'eau et sont repartis aussitot J'espère qu'ils auront l'occasion de faire une étape a la maison ils sont invités bonne route a eux

Cliquez ici pour laisser un commentaire




=> RETOUR




1213




Téléchargement de fichiers